Archives du mot-clé conseil roumanie

Les actualités de la Roumanie pour le Mois d’Aout 2015

INS: Les travaux de construction ont augmenté de 22% en Juin : Au 1er semestre 2015, le volume des travaux de construction a augmenté par rapport au 1er semestre 2014, en série brute et en série corrigée du nombre de jours ouvrables et des variations saisonnières, de 10,3% et 10,9% respectivement. En Juin 2015, le volume des travaux de construction a augmenté, par rapport au mois précédent, en série brute et en série corrigée du nombre de jours ouvrables et des variations saisonnières, de 21,9% et 3,5% respectivement , a informé l’Institut national de la statistique (INS), précisant que, par rapport au mois correspondant de l’année précédente, le volume des travaux de construction a augmenté, en série brute et en série corrigée du nombre de jours ouvrables et des variations saisonnières, de13,0% et 13,5% respectivement.

 Lire la suiteEastrategies Roumanie

Les actualités de la Roumanie pour le Mois de Juillet 2015

Energie renouvelable – La Roumanie, l’un des 25 Etats membres de l’UE qui va remplir l’objectif national établi pour 2013-2014 : Selon un rapport récent, la Roumanie est l’un des 25 Etats membres de l’UE qui va remplir l’objectif national établi pour 2013-2014 (19,7%) et, trés probablement, aussi l’objectif pour 2020 (24%), en ce qui concerne l’énergie provenant de sources renouvelables. Ainsi, en 2013, la Roumanie a enregistré déja un pourcentage de 23,9% du total de l’énergie consommée provenant de ces sources. Le Rapport de la Commission européenne sur les progrés réalisés dans ce domaine montrent que tous les pays de l’Union européenne ont fait de progrès vers la réalisation de l’objectif d’augmentation de la part d’énergie provenant de sources renouvelables .20% de la consommation totale d’ici 2020. Avec une part de l’énergie provenant de sources renouvelables estimée 15,3% de la consommation finale brute d’énergie en 2014, le rapport estime que l’UE et la plupart des états membres progressent de manière satisfaisante. En ce qui concerne l’utilisation de l’énergie renouvelable pour les transports, le taux est estimé à 5,7% pour 2014. La réalisation de l’objectif de 10%….

Lite la Suite Eastrategies Roumanie

Qui connaît Klaus Iohannis ?

Pourquoi ne pas parler, de temps à autre, des bons élèves ?

Vous avez forcément entendu parler d’Alexis Tsipras. Mais qui connaît Klaus Iohannis, président de la Roumanie, élu quelques mois avant son homologue grec ? Pourquoi ne pas parler, de temps à autre, des bons élèves ? Un pays au PIB comparable à celui de la Grèce se transforme à grande vitesse, offrant aux Balkans un contre-modèle de développement.

Car depuis quelques mois, une vague anti-corruption sans précédent fait trembler l’establishment bucarestois. Sous l’impulsion des juges de la section anti-corruption (DNA), un bon millier de hauts-fonctionnaires, maires, députés, sénateurs, procureurs et ministres se sont retrouvés sous les verrous, dont l’ancien Premier ministre Adrian Nastase. Les oligarques les y ont rejoints, tels Gigi Becali, propriétaire du club de foot Steaua Bucarest et spéculateur immobilier aux pratiques douteuses, ou Adrian Sarbu, mogul des médias, convaincu d’évasion fiscale et de blanchiment d’argent.

Victor Ponta, l’actuel Premier ministre, a lui-même été inculpé le mois dernier ; après une étrange retraite médicale en Turquie, il a dû démissionner de la présidence de son parti. A l’image de la Géorgie de Saakachvili il y a une dizaine d’années, la Roumanie semble en train de mener sa révolution culturelle contre la «spaga», cette forme endémique de corruption qui a bloqué la plupart des grands projets d’infrastructure soutenus par l’Union européenne.

La Commission européenne reconnaît là une «formidable dynamique», langage pour le moins inhabituel dans ses austères rapports. Et le département d’Etat américain a décerné à la juge Laura Kosevi, charismatique patronne du DNA, la médaille internationale des «femmes de courage». Après trois quarts de siècles d’épreuves, la Roumanie serait-elle en passe de redevenir notre «sœur latine», selon l’expression de Paul Morand, et Bucarest le «petit Paris» de la Belle Epoque, moteur de tant d’échanges culturels entre nos deux nations ? Morand voyait également dans la Roumanie «une terre tragique où souvent tout finit dans le comique».

Où d’autre, en effet, les prisonniers peuvent-ils obtenir une réduction de peine… en écrivant des livres ? Une astuce que les hommes politiques ont abondamment exploitée derrière les barreaux, publiant environ deux cents ouvrages l’année dernière. Le député Vasilescu, condamné pour trafic d’influence, détient la palme de la graphomanie avec neuf livres en deux ans, sur des sujets allant des relations sino-roumaines… à l’éthique parlementaire !

Cette réaffirmation progressive de l’Etat de droit n’est bien sûr pas l’œuvre du seul Klaus Iohannis, mais l’élection surprise d’un membre de la minorité germanique, qui a fait de la lutte contre la corruption l’élément central de son programme, a contribué à renforcer l’impression de sérieux et de détermination au sommet de l’Etat. Le nouveau Président s’est employé à soutenir les juges du DNA, notamment en empêchant les députés de se voter l’immunité.

Economiquement, en dépit de récents revirements, la Roumanie a avalé sans mot dire la potion du FMI. Résultat, la dette publique s’est stabilisée à 40% du PIB, le chômage est descendu sous la barre des 7%, et le FMI prévoit près de 3% de croissance l’année prochaine. En janvier dernier, Klaus Iohannis avait affirmé à Jean-Claude Juncker son intention de rejoindre l’eurozone. Un de perdu, dix de retrouvés ?

 

Gaspard Koenig est président du think tank libéral Génération Libre

Les actualités de la Roumanie pour le Mois de Juin 2015

La Compagnie des routes renonce à l’attribution du contrat de concession pour l’autoroute Comarnic-Brasov :

La Compagnie nationale d’autoroutes et routes nationales (CNADNR) a annoncé qu’elle renonce à l’attribution du contrat de concession pour l’autoroute Comarnic-Brasov vers l’association Vinci-Strabag-Aktor faisant valoir que le soumissionnaire n’a pas trouvé les fonds nécessaires et le financement du budget d’Etat aurait affecté la position budgétaire de la Roumanie, selon un communiqué de presse de la CNADNR transmis par AGERPRES. Selon le document, le contrat de concession est encadré conformément à la méthodologie Eurostat . on Government balance sheet .. . Dans ces circonstances et compte tenu du coût important du projet, si l’autorité contractante (résultant de l’association de la CNADNR avec le ministère des Transports et de l’Infrastructure en 2012) conclurait le contrat de concession avec le soumissionnaire retenu, cela pourrait conduire à enfreindre les engagements que la Roumanie a conclus avec la CE, le FMI et la Banque Mondiale sur l’objectif de déficit budgétaire et de dette publique, selon le même communiqué Dans ces conditions, le soumissionnaire retenu n’a pas réussi à obtenir la participation des institutions financières internationales (BEI, BERD, IFC, etc.)

Lire la suite Eastrategies Roumanie

Roumanie: « progrès insuffisants » dans les réformes promises

Les progrès réalisés par la Roumanie dans la mise en oeuvre des réformes exigées par les bailleurs de fonds sont « insuffisants », a déclaré la Commission européenne à l’issue d’une mission d’évaluation à Bucarest.

« Des pas importants ont été faits dans certains domaines et la situation macroéconomique est solide », a indiqué la Commission dans un communiqué publié tard vendredi soir.

« Toutefois, les progrès réalisés dans la mise en oeuvre des mesures convenues, notamment en ce qui concerne la politique fiscale, n’ont pas été suffisants pour permettre d’aboutir à un accord avec les autorités roumaines », a souligné la même source.

Cette annonce fait suite à l’adoption mercredi par le Parlement roumain, en dépit des réserves exprimées par le Fonds monétaire international (FMI) et l’UE, d’un nouveau code fiscal, dont la mesure phare est l’abaissement de la TVA.

 

http://www.dhnet.be/dernieres-depeches/afp/roumanie-progres-insuffisants-dans-les-reformes-promises-558e3f8f35705238f3467aa8 

Les actualités de la Roumanie pour la Mois de Mai 2015

Les terres arables dans l’ouest du pays s’approchent à 10.000 euros par hectare:

Grossmann Land Company, contrôlée par l’investisseur allemand Peter Grossmann, a signé un accord à la fin Avril pour acheter un lot de 110 hectares de terres arables à Arad d’un groupe d’investisseurs italiens opéraient au niveau local à travers la société Monfenera de Timis. Les terrains sont situés dans le village Simand, à proximité de la frontière avec la Hongrie, le montant moyen payé par hectare étant de 9.400 euros. Les représentants Grossmann Land n’ont pas souhaité faire de commentaires sur cette transaction. Le prix du lot de 110 hectares de terres arables à Simand est de 44% plus élevé que le prix moyen d’autres 3,36 hectares en petits lots que la société Grossmann Land a acquis en Mars. Le prix moyen payé par les investisseurs en Mars à Arad pour des lots de quelques hectares de terres arables était de 4.600 euros/ hectare, 15% au-dessus de la moyenne du marché national. Les comtés de Timis et Arad, les plus importants dans la région du Banat, ont été sur la liste courte des investisseurs étrangers dans l’agriculture………..

Lire la suite Eastrategies Roumanie

 

Les actualités de la Roumanie pour la Mois d’Avril 2015

La Roumanie, le troisième déficit budgétaire le plus faible de l’UE

 Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne,a confirmé la semaine dernière que la Roumanie occupait la première place d’un classement sur le respect des objectifs budgétaires. La Roumanie a enregistré en 2014 le troisième déficit budgétaire le plus petit de toute l’UE, seulement 1,5% de son PIB, après la Lituanie et la Lettonie. Alors que seuls trois pays (l’Allemagne, l’Estonie et le Luxembourg) ont enregistré un excédent budgétaire. Par ailleurs, la dette de la Roumanie reste particulièrement basse : 39,8% du PIB, la 4ème valeur la plus basse au niveau de l’UE. Le pays a par ailleurs enregistré une croissance économique de 2,6% en 2014 (2,8%, selon l’Institut national des statistiques), ce qui le place dans le peloton de tête de l’UE, en 5ème position.

Lire la suite:Roumanie-Avril-2015-EastrategiesEastrategies Roumanie

S&P a confirmé les cotes de la Roumanie.

Une baisse de la TVA, partiellement compensée par la croissance de la consommation

 

Roumanie eastrategies.fr

Roumanie eastrategies.fr

, le climat extérieur incertain, augmente les risques géopolitiques, ainsi que le niveau est en dessous des attentes des investissements directs étrangers. En outre, la récupération de sous-estimant le crédit au secteur privé peut augmenter la pression à la baisse.

 

L’agence rappelle réduction des CAS, de 5% en octobre, à la réduction de l’impôt sur les menus pour la construction, avec 1,5% à 1%, et une augmentation du salaire minimum.

 

S&P a confirmé les cotes de la Roumanie; une baisse de la TVA, partiellement compensée par la croissance de la consommation

Standard&Poor’s (S&P) a confirmé les notes de la Roumanie pour les dettes à long et court terme en devises et en monnaie locale à BBB-/A-3 avec une prévision sur le fond de solides perspectives de croissance économique, qui peut annuler partiellement l’impact de l’exploitation forestière frais déclarés par le Gouvernement.

L’agence d’évaluation financière note que la conservation des estimations fournies par la Roumanie est lié au niveau d’modérément effet de levier extérieur et budgétaire du pays, ainsi que des perspectives de croissance économique relativement stable.

L’agence de notation note que certains de dégainer les redevances proposées sont déjà en avance cette année, y compris une baisse en juin, le taux standard de la TVA sur les produits alimentaires et des boissons gazeuses, de 24% à 9%.

 

 

Newsletter Mars 2015 sur la Roumanie de Eastrategies

Des embauches en perspective au deuxième trimestre : Plus d’un quart des employeurs roumains, en grande partie issus de l’industrie manufacturière, ont annoncé des plans d’embauche pour les trois prochains mois, selon une étude réalisée par l’agence d’intérim Manpower. Parallèlement, seulement 6% des entreprises ont planifié……..

Lire la suite:Roumanie Mars 2015 Eastrategies Eastrategies Roumanie

Roumanie Février 2015. Newsletter de Eastrategies

La Roumanie aura une croissance économique soutenue dans les deux prochaines années

Selon les dernières prévisions économiques d’hiver élaborées par la Commission européenne, on estime que la Roumanie enregistrera une forte croissance économique dans les deux prochaines années, principalement en raison de la demande intérieure, soutenue par un marché du travail stable. Après la forte baisse en 2014, on s’attend à ce que l’inflation reste modérée dans la période à venir, tandis que la consolidation budgétaire se poursuivra en 2015.

lire la suite sur Eastrategies RoumanieNewsletter eastrategies février 2015